Comment faire une analyse commerciale ?

7

J’ai eu le plaisir d’organiser un séminaire web avec Frédéric Liotard de Prospactive.com sur la définition d’une stratégie d’entreprise.

Au cours des 60 minutes de présentation, vous découvrirez un moyen facile de dynamiser votre stratégie d’entreprise.

A lire en complément : Comment se faire connaître en tant qu'association ?

Nous pouvons définir la stratégie commerciale comme suit : c’est la mise en œuvre d’une série d’actions visant à atteindre un objectif (ex : N°1 sont produits en France sur une gamme de produits…) et objectifs (par exemple, augmenter les ventes du produit A de 10 %…)

Voici la vidéo de la conférence, et juste en dessous de la présentation powerpoint et le résumé écrit des 60 minutes de la conférence :

A lire aussi : Quels sont les nouveaux moyens de communication ?

Présentation PowerPoint

Comment définissez-vous votre stratégie d’entreprise ? de AdvicesMarket.com

Résumé de l’article

    • Introduction : Pourquoi une stratégie d’entreprise est-elle essentielle ?
    • Étape 1 — Fixez vos priorités stratégiques à 2 ans
    • Étape 2 — Définissez une cible et alignez le tir !
    • Étape 3 — Définissez un plan de bataille et des objectifs
    • Étape 4 —  Entraînez vos troupes
    • Étape 5 — Confrontez la réalité de terrain
    • Étape 6 — Faites évoluer votre plan de bataille en fonction du tour des événements
    • Enfin…
    • Voulez-vous être guidé dans votre stratégie d’entreprise ?

Introduction : Pourquoi une stratégie d’entreprise est-elle essentielle ?

Depuis plusieurs années, les petites et moyennes entreprises sont confrontées à un environnement changeant qui exige un réexamen de leur développement commercial :

  • Il y a 4 fois plus de canaux de distribution et de communication (Twitter, Facebook, Instagram, Snapchat, Linkedin… pour ne nommer que les réseaux sociaux).
  • Vos clients et prospects sont maintenant surinformés… la concurrence aussi ! Vos clients ne sont plus votre propriété exclusive…
  • Il y a une infobésité, avec de plus en plus d’informations qui proviennent de plus en plus nombreux canaux de communication (emails, SMS, appels, messages vocaux, messagerie, bavardage, Slack, messages vocaux, chatbot…)
  • Il existe des restrictions de temps toujours plus fortes, un prospect qui n’est pas rappelé dans la journée, voire quelques heures après une demande d’information, est susceptible d’avoir déjà été demandé par vos concurrents.
  • Les consommateurs sont devenus des zappers… et s’ils n’ont pas de budget réduit, ils les veulent au moins pour leur argent.

Il y a donc plus de canaux de communication, plus d’outils marketing, mais aussi plus de problèmes lors des choix.

Ce qui force à se concentrer sur ce qui est vraiment essentiel et qui va générer l’entreprise, afin de ne pas répandre ses forces.

En même temps, le développement des affaires est considéré priorité par la direction… mais souvent il n’est pas formalisé, ni contrôlés ni définis en raison d’un manque de temps ou de compétences.

Dans la plupart des petites et moyennes entreprises, c’est le gestionnaire qui assume le rôle de directeur commercial, avec les limites que cela implique :

  • Une culture plus technique que commerciale
  • Problèmes :  attirer et fidéliser de bons vendeurs
  • Une orientation « client », rarement « perspective »
  • Actions commerciales improvisées ou opportunistes, parfois sans stratégie générale
  • Autres priorités selon les urgences quotidiennes (concurrence, gestion, environnement…)
  • Un projet rarement défini à moyen et long terme

 

C’est pourquoi, dans ce dossier, 5 étapes pour créer un définir et améliorer la stratégie d’entreprise :

  • Déterminez vos priorités stratégiques à 2 ans
  • Déterminer une cible et aligner l’enregistrement
  • Définir un plan de bataille
  • Entraînez vos troupes
  • Confronter la réalité du terrain

À la fin de chaque phase, vous trouverez une liste des actions que vous devez entreprendre pour faire progresser votre stratégie d’entreprise.

Étape 1 — Déterminez vos priorités stratégiques jusqu’à 2 ans

Votre stratégie d’entreprise doit atteindre vos objectifs commerciaux.

Souvent dans une PME, la stratégie commerciale est liée au gestionnaire (par exemple : entreprise, restrictions au remboursement du crédit…) ou à des contraintes externes (par exemple : acquisition de parts de marché, lutte contre un concurrent, développement de son fidélité…) ou des limitations internes (par exemple : manque de flux de trésorerie, produits redessinés, vieillissement des produits, etc.).

Dans ce contexte, s’oppose souvent à la loyauté et à la prospection… mais ce sont des actions complémentaires qui doivent être menées.

Cependant, le choix entre prospection et fidélité dépend souvent de la nature du produit ou de la durée de la vente du produit.

Au fur et à mesure que votre entreprise grandit, vous pouvez également réfléchir à la vision et à votre mission :

  • Où voulez -vous être dans 2 ans, dans 5 ans et 10 ans ?
  • Quelle ambition commerciale (p. ex., bassin national, international…) avez-vous ?
  • Pourquoi avez-vous créé cette entreprise, et que voulez-vous que vos clients, prospects et concurrents disent de vous ?
  • Si vous rêviez en 5 minutes et que vous aviez une baquette magique, que changeriez-vous ? Ou, si vous deviez être nommé directeur commercial dans votre propre entreprise, le feriez-vous alors ?

Par exemple, les dirigeants d’Intel se sont retrouvés dans une situation difficile il y a quelques années : ils se trouvaient dans une situation difficile, parce que leur marché principal (mémoire informatique) était de plus en plus concurrentiel.

Les dirigeants ne savaient pas quoi faire (arrêter la mémoire, investir dans le marché des microprocesseurs…), et n’osaient pas prendre des décisions trop radicales…

Mais un jour, au cours d’un barbecue, ils ont dit : « Que ferons-nous si vous aviez un nom pour diriger l’entreprise ? »

Et ici, il était clair : il fallait réorienter le marché des microprocesseurs et abandonner le marché de la mémoire… Et Intel a réorienté ses efforts avec le succès que nous connaissons.

Être directeur commercial exige de prendre des décisions fortes, et souvent seul, mais il faut les prendre (avec un minimum de rétrospective, de stratégie… bien sûr).

Votre plan d’action pour la partie 1 : Déterminer vos priorités pour cette année

  • Prenez votre papier — crayon
  • Demandez au moins 2 heures pour réfléchir à vos priorités :
    • Indiquez quels sont vos défis actuels et quels développements en 1 an ?
    • Analyser comment y arriver ?

=> Choisir est Spécifier… C’est à vous de déterminer quelle est la priorité de l’année (Pareto… 80% des résultats proviennent de 20% des actions)

Étape 2 — Fixez une cible et alignez le tir !

Une fois vos cibles macro définies, vous pouvez passer l’analyse de vos forces internes :

  • Actions du passé qui ont fonctionné… ou pas !
  • Définissez vos clients typiques
  • Votre gamme de produits et services
  • Analyse de l’activité totale de l’entreprise (CA, Margin, Clients…)

Vous devez faire le point sur ce qui s’est passé de bien et de mal avec vos actions de vente et de marketing.

Vous devez analyser l’aspect qualitatif :

  • Qu’est-ce qui a bien fonctionné ?
  • Qu’est-ce qu’un échec ?
  • Quelles leçons peut-on tirer ?
  • Qu’est-ce que vos concurrents et qui a bien fonctionné ? Et comment le faire mieux sans copier ?
  • Quelles opérations dans d’autres régions avez-vous tremblé ou avez-vous trouvé vraiment intéressant ?

Mais aussi aspect quantitatif :

  • Comment les ventes sont-elles vraiment divisées ?
  • Où est-ce qu’on fait vraiment de la marge ?
  • Quels sont les produits à l’avenir ?
  • Où va le marché ? Y a-t-il une forte tendance pour le surf ?

Rappelez-vous qu’il fait toujours la même chose que vous obtenez toujours les mêmes résultats…

L’acronyme KFC devrait devenir un mantra :

  • Définissez ce que vous voulez
  • Analysez ce que vous obtenez en ce moment
  • Changez les choses jusqu’à ce que vous obtenez ce que vous voulez

Cela n’a donc aucun sens de faire à nouveau pour l’année à venir ce qui n’a pas fonctionné l’année dernière, ou qui n’a pas fonctionné correctement.

Cependant, méfiez-vous des prioris ou des réclamations sans vérification…

Parfois, les vendeurs, le marketing… ont une vision déformée de la réalité, concentrée sur l’arbre qui cache une forêt.

Définissez un client typique à l’aide de la méthode personas

Souvent, il y a une grande différence entre la réalité et ce que disent les vendeurs, les techniciens, le directeur marketing…

Donc, vous devez vérifier qui est votre client typique sur le terrain et à travers les données de votre logiciel de gestion.

Si vous souhaitez aligner l’ensemble de l’entreprise avec le client type, vous devez utiliser la méthode Persona méthode art.

Voici un exemple de formulaire utilisé dans la méthode personas pour la vente de logiciels :

Votre gamme de produits et services

Vous devez vérifier si votre offre correspond à la demande (vos personas) et aux tendances du marché :

Si nécessaire renforcer votre offre de vente unique (c’est-à-dire ce qui vous diffère de vos concurrents, voir cet article sur USP ).

Et si votre USP n’est pas assez fort, vous devez le construire à travers la différenciation fonctionnelle et le marketing, en nommant vos fonctions les plus importantes…

Si vous et vos représentants n’êtes pas en mesure d’expliquer votre différence et pourquoi vous devez au lieu d’un concurrent, c’est parce que vous n’avez pas encore clairement défini ce qui vous rend unique.

Pour vous aider, voici une formule simple pour créer un pitch orienté produit :

Si nécessaire, vous pouvez collaborer avec le marketing pour développer le mix marketing de vos offres :

  • Les fonctions (portée, positionnement, design…)
  • Le prix (freemium, premium…)
  • L’appareil promotionnel
  • La distribution (indirecte, web, télévendeur…)
  • Le processus de vente
  • Les personnes (formation, nouveaux employés…)

Par exemple, vous devez appeler le vieillissement des offres, à la fois la partie « cœur » (fonctions…), mais aussi l’appareil (design, emballage, discours marketing…).

Vous pouvez également vous inspirer d’autres secteurs complètement déconnectés de votre entreprise (par exemple, Apple, Amazon, MAIF, etc.).

Dans le domaine des logiciels, par exemple, un produit a une durée de vie de 5 à 10 ans. Après ces délais, il est toujours nécessaire de réécrire un produit pour répondre aux nouvelles exigences du marché et à l’évolution des technologies.

Bien sûr, vous devez le faire en fonction de vos forces… et de contrer vos concurrents !

Une fois que vous avez validé votre USP, n’oubliez pas de partager cette présentation avec vos représentants commerciaux !

À FAIRE :

  • Effectuez votre analyse pour l’année écoulée, pour votre entreprise et votre environnement
  • Définir les axes stratégiques à exploiter et les points à renforcer (p. ex. équipe de télévente…)

Étape 3 Définir un plan de bataille et des objectifs

Une fois que nous connaîtrons les objectifs, que nous avons optimisé les ressources à l’interne, il est temps d’aller de l’avant avec le plan d’action.

Il s’agit donc de planifier et de mettre en œuvre :

  • LA BONNE QUANTITÉ D’ACTIVITÉ
  • AU BON MOMENT
  • SUR LES BONS PRODUITS
  • et sur les bonnes perspectives

Cette liste peut sembler « simpliste », et pourtant, si l’un des 4 éléments est manquant, vos actions marketing ne fonctionneront pas.

Dans le présent plan d’action, il convient de répondre séparément aux questions suivantes :

  • quoi => pourquoi ?
  • Quel genre de cible ?
  • Comment ?
  • – Combien ?
  • quand (calendrier du compte à rebours) ?

Toutefois, ces objectifs doivent être réalistes :

En plus de ces actions, n’oubliez pas de fixer des objectifs de motivation réalistes.

Ces objectifs sont appelés SMARTER

  • Spécifique (tel assortiment, telle marque de marge, X rendez-vous par semaine, X mène des appels…)
  • Mesurable (avec chiffres précis)
  • Accessible (à ne pas démotiver)
  • Réaliste (par rapport à la réalité du terrain)
  • Temporal (heure définie)
  • Excitant (pour motiver des troupes telles que « booster » ou des incitations sur certaines gammes de produits)
  • Récompensé (pour encourager les gens à aller au-delà des résultats)

Vous pouvez définir vos objectifs en fonction des éléments suivants :

  • Les performances passées (ex : X% de plus que l’année dernière…)
  • Les performances du marché (p. ex. : votre marché est 10% /an)
  • Les nouveaux produits, services… que vous êtes sur le point de publier
  • L’objectif que vous voulez atteindre à X an (par exemple : vous voulez atteindre cette année 20%)

Dans ce contexte, pour vérifier si vos objectifs sont réalistes, il est autant que possible d’entrer dans les détails (par exemple par compte, par ligne de produit…) afin de ne pas indiquer un chiffre capricieux).

Par exemple, combien de rendez-vous avez-vous pris l’an dernier, combien d’appels ont été effectués et combien de revenus cela a-t-il généré ?

Dans votre plan d’action, vous devez distinguer :

  • Les affaires comme d’habitude : c’est – à – dire le chiffre d’affaires qui revient « normalement » (par exemple, un produit dont les ventes sont stables, des contrats récurrents, un important stock renouvelé…)
  • Définir les leviers de croissance  : ce sont des occasions de saisir, que ce soit défensif, offensif, pour anticiper l’avenir de l’entreprise, ou pour tester…

L’objectif est de coder un plan d’action et d’encadrer l’année.

Vous devez noter les faits saillants de l’année (par exemple, une bourse, une sortie de produit…), mais vous devez alimenter la vente toute l’année avec des actions régulières et récurrentes (par exemple : relancer, e-mail des clients, etc.).

Rappel : nous devons nous donner les moyens de ses ambitions… ou les revoir…

Ainsi, pour atteindre 100 K€ de chiffre d’affaires, vous pouvez le faire de 1000 façons :

  • Vendre 10 produits à 100 nouveaux clients
  • Vente incitative sur 1000 clients existants
  • Vendez 100 produits jusqu’à 10

Sachant que généralement l’effort de vente pour convaincre un 100 prospects d’acheter 1 produit à 100€ est beaucoup plus grand que celui des ventes à 10 client 1 produit à 1000€.

La définition du plan d’action doit également être réaliste…

Il est nécessaire de prêter très attention à l’effet « lettre au Père Noël » : le plan d’action est une liste d’actions sans fil pilote, et surtout, il est clair que vous n’aurez jamais le temps ou les ressources pour tout faire…

Il est nécessaire d’avoir une vision générale avec priorités claires et précises, de sorte que toute la structure est réglée sur les mêmes objectifs, plutôt que de « brasser l’air » ou de quitter dans toutes les directions.

Il est préférable de dresser une liste d’actions réalistes et de les faire correctement, plutôt que de faire de nombreuses actions sans suivi.

Le plan d’action devrait donc être mis en œuvre dans le cadre d’Excel avec :

  • Le nom de la personne effectuant l’action
  • Le budget estimatif
  • Le moment de l’action dans un calendrier hebdomadaire
  • Le type d’actions
  • Les objectifs et éventuellement comptages

Envisager également d’optimiser le cycle de vente, en particulier la gestion des « suspects » (fils froids qui sont encore très en amont de l’acte d’achat).

En effet, la perspective est une marchandise périssable…

  • S’il est tiède, le marketing les gérer automatiquement via l’automatisation du marketing (par ex. e-mail, message vocal, SMS, redémarrage par un télévendeur, etc.).
  • S’il fait chaud, le Commercial fera la vente dès que possible

Vous devez donc apprendre à « augmenter » vos prospects, de les appeler dès que leur décision d’achat a évolué.

Par exemple, une société comme Salesforce souhaite essayer 7 contacts avec un prospect avant la publication du dossier.

Ces 7 sockets peuvent être :

  • conversations téléphoniques
  • courriels
  • courriels sur Linkedin
  • de SMS

Ce n’est qu’après ces 7 tentatives échouées que le prospect sera transféré à Marketing pour un suivi automatique.

Remarque : l’envoi de tous les prospects générés par les livres blancs est une erreur. 95% des personnes qui téléchargent du contenu « gratuit » (livre blanc, liste de contrôle…) sont souvent en dehors de la cible (concurrents, consultants, étudiants, étrangers…). Il est donc nécessaire de valider auprès des représentants commerciaux ce qu’est un « véritable lead », et dans quel contexte il sera relancé par un représentant (idéalement un téléprospecteur) et quand il sera considéré comme « froid » pour être placé sous incubateurs par l’automatisation marketing.

Après ces tentatives échouées, il appartient au marketing de prendre le relais avec les e-mails. Mais il reste essentiel de « créer l’événement » régulièrement pour relancer l’importance de la perspective du « froid » :

  • Invitation au séminaire Web
  • Invitation à un salon
  • Messages provocants
  • Informations sur l’évolution de la législation

Pour vous aider à gérer ces prospects au fil du temps, vous pouvez configurer « Marketing Automation », c’est-à-dire automatiser une partie de la relation client.

Par exemple, voici un scénario d’automatisation marketing pour un livre blanc téléchargé sur un site :

Il vous permet de gérer l’afflux de « suspects » et d’établir une relation entre vous et le lecteur… sans passer des heures !

Vous pourrez programmer une série de messages et programmer l’envoi d’abord dans quelques semaines… puis ajouter à mesure que vous augmentez vos compétences sur le sujet !

Initialement, vous devez envoyer un grand nombre de messages, puis des espaces des messages selon la théorie de la spirale d’or

Et de temps en temps faire des offres « irrésistibles » pour réveiller les morts et les non-clickers avec des promotions, des offres exclusives…

À FAIRE :

  • Ouvrez un compte sur Get Response ou Mailchimp http://eepurl.com/bgjOQL
  • Créez votre formulaires de capture d’e-mails
  • Planifiez vos messages d’auto-réponse

Lequel choisir ? https://www.conseilsmarketing.com/emailing/mailchimp-ou-aweber-lequel-choisir

Étape 4 —  Entraîner ses troupes

Avant de lancer tête vers le bas dans les actions commerciales, il est nécessaire de vérifier que toute la logistique suit…

Par exemple, si vous n’avez pas une base fiable de clients et de prospect, vous pouvez vos actions seront beaucoup moins efficaces.

Ainsi, le premier réflexe est c instituer une base de données unique centralisé…

C’est votre trésor de guerre, c’est le véritable capital de l’entreprise !

Vous devez donc collecter vos données en un seul endroit (un CRM !) , parce que inconsciemment, vous n trésor probablement endormi dans vos disques durs, Outlook, Smartphone, cartes de visite…

Et pensez à qualifier votre base de données dans toute l’entreprise ( E-mails, interlocuteurs, besoins, équipements…) lors de visites, appels, rendez-vous…

Astuce : Souvent votre Les meilleurs fichiers prospects sont vos clients !

En effet, un ancien client vous connaît, et vous avez ses coordonnées… Pensez donc à réactiver les anciens clients et à définir une véritable politique de contact client (par exemple, les clients A sont appelés tous les mois, B tous les trimestres…).

Il est également nécessaire de doter ses équipes de l’arsenal nécessaire à la mise en œuvre du plan d’action.

  • Outils de marketing traditionnels  : USP , Cartes de Bataille , Argumentaires, propositions commerciales… mais ils ont vraiment besoin de servir !
  • mobilité avec smartphones modernes (consultation d’e-mails, mention de citations dans la mobilité…)
  • UN CRM pour ne rien oublier et ne pas perdre la mémoire de l’entreprise, obtenir des prévisions de ventes…
  • De la formation  : préparez votre entrevue de vente…
  • Un coaching : objectifs, bonus, récompenses…

Considérez aussi la réorganisation commerciale, souvent l’une des façons de déplacer les règles :

  • Réaffecter le portefeuille client
  • Mettre en place une équipe de prospection et spécialiser des équipes (grands comptes et télévendeurs)
  • Changer d’équipe en ajoutant du sang

Et quelques armes secrètes :

  • Linkedin à B2B pour contacter les prospects ciblés via le moteur de recherche (voir ce formation sur la prospection via Linkedin ).
  • Vidéo comme support pour la vente, pour mettre les preuves en vidéo. Mais attention à ne pas remplacer la vidéo avec le vendeur, comme expliqué dans cette vidéo.

Si vous voulez apprendre d’autres astuces pour Linkedin, je vous offre ma formation Linkedin.

Mon formation vidéo sur Linkedin expliquant comment trouver des clients dans les 15 minutes par jour avec Linkedin !

Tu vas connaître mes petits secrets, ce qui veut dire comment :

  • Devenez enfin visible avec vos prospects
  • Encouragez-les à vous contacter
  • Travailler à 110% votre réseau
  • Obtenir rendez-vous
  • Devenez une référence dans votre domaine
  • Automatiser quand il est nécessaire… et comme il est nécessaire !

En savoir plus sur La formation Linkedin est ICI !

En ce qui concerne la structure de l’équipe de vente, dans B2B une bonne structure est la suivante (multipliée par X en fonction du nombre de personnes selon la taille de l’entreprise) :

  • 1 Ingénieur commercial (CI ou responsable de la zone commerciale ou du compte) qui est là pour clore les affaires introduites par le DTS. Il est une personne âgée qui ne devrait pas « perdre du temps » qualificatif conduit à faible valeur ajoutée.
  • 2 téléprospecteurs (Sales Development Représentant SDR ou Business Developper Représentant) BDR (voir la différence sur https://www.kalungi.com/blog/sdr-vs-bdr-definition) qui qualifient ou génèrent des prospects pour IC (via Linkedin, grâce à la qualification des prospects générés par le marketing…).
  • 1 À vendre (ou 1/2 prévente selon la nature technique du produit) qui est là pour l’IC guide sur les paquets d’approvisionnement et de prévente.

Pour l’organisation, on peut créer une cellule qualificative (souvent liée au marketing) ou une équipe IC SDR /BDR IAV (qui est la plus à la mode dans les startups pour avoir une meilleure cohérence des équipes)

Étape 5 Confrontez la réalité de terrain

L’objectif est de réduire l’effet de la « tour d’ivoire », couplé à la réalisation d’une stratégie d’entreprise et d’un plan d’action d’entreprise seulement dans un seul bureau.

En effet sur Excel il est facile d’aligner les chiffres, de créer de belles formules… mais si en réalité cela ne se produit pas de cette façon, vous avez perdu votre temps.

Pour définir une stratégie d’entreprise et un plan d’action d’entreprise, vous devez :

  • Discutez avec vos équipes  : participer à des réunions, parler à l’ancien…
  • Écoutez vos clients et prospects  : venez dans les salons, voyez comment cela se passe les premiers pas… Mais attention à ne pas voir que vous avez de meilleurs clients (qui n’osent souvent pas vous dire la vérité), mais aussi des perspectives que vous ne connaissez pas.

Voici un exemple de révision de stratégie d’entreprise :

  • Voici le cas d’une entreprise en maintenance aéronautique
    • Les vendeurs qui étaient centre électronique gratuit (pas de prospection, visitent toujours les mêmes clients…)
    • Prévisions de ventes peu fiables (fichiers Excel centralisés par un secrétaire)
    • Délais longs pour la production des tarifs entre la nomination, l’envoi par le mandataire et la réponse du service technique (1 semaine mini)
    • Vendre des produits « facilement » et non l’ensemble de la gamme par l’équipe de vente, tout en se concentrant sur les produits à valeur ajoutée.
  • La nouvelle stratégie d’entreprise
    • Définir 1 personne en téléprospection & rendez-vous pour le domaine commercial
    • Vendeurs équipés d’un CRM sur tablette
    • Extranet B2B pour les petites commandes de livraison (Prestashop.com)
  • Solde
    • Le temps de compléter les deviss/2 grâce à la transmission automatique des demandes via le CRM directement lors des visites aux prospects et aux clients.
    • Vendeurs qui concentrent les clients sur le potentiel
    • Prévisions de ventes fiables

Étape 6 — Évoluez votre plan de bataille en fonction du tour des événements

La différence entre la théorie et la réalité est qu’un théorie qui fonctionne toujours…

Pour une stratégie d’entreprise, c’est la même chose : entre ce que vous avez planifié et ce qui se passe, il y a toujours un écart.

Cela peut être :

  • Une nouvelle version de produit décalée
  • Une publicité haut de gamme qui vous laisse pour la compétition
  • Un arrêt de la maladie d’extension

Il est donc nécessaire de revoir régulièrement les objectifs et de travailler en petites étapes (par exemple mensuellement, trimestriel).

Par exemple :

  • Si les ventes sont sur le point d’aller en mode « clôture » les 3 dernières semaines du trimestre avec évaluation individuelle du portefeuille chaque semaine et une diminution des actions de prospection en faveur de la fermeture.
  • Préparer des promotions, des visites « VIP » aux clients pour faire le point avec ses 20 meilleurs clients
  • Profitez de la faiblesse d’un concurrent pour lancer une offre de reprise compétitive

Enfin…

La stratégie d’entreprise n’est pas improvisée…

Il est nécessaire de penser :

  • ÉLABORATION
  • PRÉPARATION
  • OPÉRATIONNALISATION
  • SUIVRE

Voulez-vous être guidé dans votre stratégie d’entreprise ?

Frédéric Liotard et son équipe sont là pour vous aider :

  • Vous bénéficiez de l’expertise de Chrevoned Sales Managers dans toute la France
  • Vous pouvez être accompagné pendant une semaine ou plusieurs mois
  • Vous aurez de l’aide pour optimiser l’existant jusqu’à ce que vous ayez une direction opérationnelle sous-traitée

Voici comme cadeau ce guide :

Voici la vidéo de la conférence

Et voici la présentation Powerpoint

Comment définissez-vous votre stratégie d’entreprise ? de AdvicesMarket.com 4.3 / 5 ( 22 votant )