Formation auto-entrepreneur : tout savoir pour réussir son projet

12

Devenir auto-entrepreneur est une option de plus en plus plébiscitée par les Français désirant lancer leur activité professionnelle. Cette forme juridique simplifiée permet en effet de limiter les charges tout en bénéficiant de certains avantages sociaux. Cependant, se lancer sans aucune préparation peut également générer des difficultés administratives ou financières. 

Qu’est-ce que le statut d’auto-entrepreneur ?

Créé en 2008, le statut d’auto-entrepreneur – ou micro-entrepreneur depuis 2019 – offre un cadre juridique et fiscal allégé pour les entrepreneurs débutants. Il permet d’exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale avec des charges simplifiées.

Lire également : Formation ressources humaines : de quoi s’agit-il ?

L’auto-entrepreneur est assimilé à une micro-entreprise avec un chiffre d’affaires maximal de 170 000€ HT la première année. Au-delà, il doit opter pour un autre statut. Ses revenus sont soumis à une taxe forfaitaire unique en fonction de son activité et de son CA. Il bénéficie également d’une exonération de charge pendant 3 ans.

Ce statut convient particulièrement bien aux professions libérales, aux commerçants et artisans débutants. Il facilite grandement les démarches administratives tout en offrant une certaine sécurité juridique et sociale. De nombreux détails sont disponibles sur https://aecademy.fr/creer-gerer-developper-auto-entreprise/.

A découvrir également : Les clés du succès pour se développer à l'international : les stratégies incontournables des entreprises

Quel programme pour une formation efficace ?

Avant de se lancer dans une aventure entrepreneuriale, il faut bien cerner les fondamentaux du statut d’auto-entrepreneur ainsi que les rouages d’une entreprise. Les formations destinées aux futurs auto-entrepreneurs abordent généralement les thématiques suivantes :

  • Le cadre juridique et fiscal : définition du statut, obligations déclaratives, régime fiscal simplifié, compatibilité avec d’autres activités.
     
  • La gestion administrative : immatriculation au registre des métiers ou au RCS, démarches auprès des organismes sociaux et fiscaux, tenue de la comptabilité simplifiée.
     
  • L’aspect commercial : identifier son marché et ses clients potentiels, élaborer une offre commerciale, définir sa stratégie marketing et communication.

     

  • La gestion financière : établir un budget prévisionnel, gérer sa trésorerie, maîtriser ses coûts et définir son prix de vente.
     
  • L’aspect juridique : les obligations du dirigeant, la protection sociale, les principales assurances, la commercialisation des produits et services.
     
  • Les démarches pour le financement et l’octroi d’aides.

Autant d’éléments indispensables à connaître avant le lancement, pour bien démarrer son activité.

Quel organisme choisir pour se former ?

De nombreux organismes de formation proposent des cursus adaptés pour les porteurs de projets souhaitant devenir auto-entrepreneur. 

  • Les chambres des métiers et de l’artisanat : réseau de proximité qui propose souvent des formations courtes et pratiques sur mesure.
     
  • Les chambres de commerce et d’industrie : formations généralistes ou spécialisées par filière métier, accessible également en ligne.
     
  • Les écoles de commerce et de management : formations généralistes ou spécialisées plus longues comportant aussi un volet managérial et commercial.
     
  • Les centres de gestion agréés : formations axées sur la gestion administrative et comptable des auto-entreprises.
     
  • Les associations professionnelles : séminaires sur-mesure pour de futures activités très spécifiques.
     
  • Les organismes privés : formations généralistes ou en ligne plus flexibles mais parfois moins subventionnées.
     

Quel que soit le choix, il convient de vérifier l’agrément de l’organisme, la qualité pédagogique dispensée ainsi que les aides ou financements possibles.

En résumé, bien se former au métier d’auto-entrepreneur fait partie intégrante d’un projet réussi de création d’entreprise. En maîtrisant le cadre réglementaire ainsi que les techniques entrepreneuriales clés, toutes les chances sont données pour un démarrage serein.